FLESH

Cie STILL LIFE

Théâtre visuel

Création février 2022

presse.

> TÉLÉCHARGER LA REVUE DE PRESSE COMPLÈTE
Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

L'Écho | Aliénor Debrocq -12/02/2022 (avant-papier)

Trois ans après NO ONE, la cie Still Life retrouve la scène des Tanneurs pour une création en quatre formes courtes, comme autant de pulsions.

« Les deux fondateurs de Still Life aiment dire qu’ils dépeignent sans mots « un monde où tout va formidablement mal » : une formule qui sous-entend l’importance du grain de sable dans la machine bien huilée du système, l’élément déclencheur d’une situation souvent catastrophique qui va susciter l’émotion du public et le reconnecter à notre commune humanité. «Comment, à travers quelque chose de terrible, nous pouvons révéler une étincelle, un espoir», note Aurelio Mergola. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Focus - Le Vif | Estelle Spoto -18/02/2022

Misant toujours sur la puissance du non verbal, la compagnie Still Life compile dans FLESH quatre scènes courtes où il est question de chair vraie et fausse, de vie et de mort. [...] drôlement bien tapé.

« Dans ces piquantes chroniques des mœurs humaines au XXIe siècle, le réel dévoile dans une boîte à surprise (épatante scénographie d'Aurélie Deloche) son hilarante absurdité. Il se pare parfois de fantastique pour souligner le trait, notamment dans un final grand-guignolesque à souhait. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

La Libre| Marie Baudet -18/02/2022

La nouvelle création de la cie Still Life questionne, en quatre tableaux muets, notre faim de contact.

« Désopilants et tragiques, quatre moments qui mettent en perspective, la présence et l'absence, le manque et le désir, l'avidité et le dépit. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Demandez le programme| Didier Béclard - 21/02/2022

L'irrépressible besoin de se connecter à l'autre. [...] À découvrir.

« Au travers de quatre courtes histoires sans paroles, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola pénètrent dans l'intimité des rapports humains. Entre émotion et rire, FLESH magnifie le toucher de la chair, le contact physique, l'étreinte reléguée au rang de fantasme en ces temps de pandémie. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Le Soir| Jean-Marie Wynants - 21/02/2022

En quatre petites histoires muettes, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola montrent à quel point le contact humain, en chair et en os, nous est indispensable.

« Entre rire et émotion, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola (avec Thomas Van Zuylen pour le scénario, Sophie Leso pour la mise en espace et en mouvement et Aurélie Deloche pour la scénographie aussi juste qu'astucieuse) nous entraînent dans leur monde où les gestes prenent le pas sur la parole, où les corps expriment ce que les voix ne disent pas. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Le Suricate| Sûrya Buis - 21/02/2022

Une satire contemporaine avec un goût de Black Mirror théâtral.

« En nous propulsant d'une chambre d'hôpital à une Virtual room, les 1h15 du spectacle de [la cie] Still Life tanguent entre malice et tragédie. Une réussite qui tient l’œil du spectateur captif malgré l'absence de dialogue. Mimésis d'évènements tragiques et vaudeville moderne, la théâtralité trouve un juste équilibre bien résumé par le titre FLESH, dystopie attendrissante. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Point Culture| Jean-Jacques Goffinon - 23/02/2022

Désopilant est ici un piètre mot, glaçant l'est tout autant !

« Le spectacle fait appel à tant de registres conjugués à la perfection qu'il en est magnifié, le travail esthétique largement à la hauteur de ce que la Cie Still Life a l'habitude de proposer. [...] LSans mots mais avec une tonne de malices et d'intentions justifiées, la Cie Still Life emporte le public dans ses cavalcades loufoques. Un public fasciné, intrigué et pour sa plus grande joie mis à mal. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Moustique| Éric Russon - 26/02/2022

Les amateurs de burlesques intelligent (et de Terry Gilliam) apprécieront.

« La compagnie Still Life de Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola s'attaque à la thématique du corps dans un spectacle visuel, à la fois léger et profond, qui rassemble quelques histoires courtes. [...] Le force du spectacle réside dans l'équilibre qu'il réalise en permanence entre le rire qui fuse et les larmes qui montent, parfois en même temps. »

Visuel FLESH (©Thomas Hobbs - Amanda Lepore 2005).jpg

Luxemburger Wort| Stéphane Gilbart - 14/03/2022

Corps à corps

« SI FLESH nous touche tant, c'est grâce au magnifique travail de la compagnie Still Life [...]. Quelle précision dans le jeu ... corporel, dans le moindre détail de celui-ci, quel découpage précis des séquences, quel maîtrise du rythme de la représentation. On se réjouit du spectacle, on réfléchit à ce qu'il nous dit. »